LE BLOG

... et si nous débattions en “citoyens entreprenants” ?

Un texte trouvé contenant :

Savoirs, croyances… et OPINIONS !!

Distinguons clairement croyances et savoirs afin d'éviter des confusions dangereuses disait en substance Philippe Meirieu lors de notre rencontre INITIALES consacrée aux échanges de savoirs. Claire et convaincante, la démonstration a suscité l'adhésion générale. Et pourtant, il me semblait que le propos laissait dans l'ombre une question importante. Relisant quelques jours plus tard un texte de Cornélius Castoriadis, je compris d'où venait mon manque : s'il n'y a que des croyances et des savoirs, alors nous ne sommes pas en démocratie. Si les croyances s'imposent dans le gouvernement des hommes, on tombe dans le totalitarisme ou la théocratie, mais si les savoirs ont seuls droit de Cité seuls les experts ont une parole légitime au nom même de leur savoir. Le troisième terme, entre savoir et croyance, c'est l'opinion, la doxa des Grecs. L'opinion est aujourd'hui paradoxalement décriée (cf l'expression péjorative de démocratie d'opinion), alors qu'elle est au cœur du fonctionnement démocratique.  Castoriadis rappelle une vérité qui n'est plus pour nous une évidence :  l'idée selon laquelle il n'y a pas de spécialiste de la politique et que les opinions se valent est la seule justification raisonnable du principe majoritaire . Donc il y a   je crois ,  je sais  mais aussi je pense . Le je pense n'est bien sûr pas sans lien avec croyances et savoirs, il en est même une combinaison en permanence réajustée, mais il a bien son autonomie. C'est parce qu'elle a avant tout un fondement personnel que l'opinion est précieuse. Contrairement au savoir et à la croyance qui engagent la communauté scientifique ou la communauté religieuse qui les figent à un instant donné, l'opinion bouge à tout instant en se frottant aux autres opinions, aux savoirs et aux croyances. On peut évoluer dans son opinion sans renier sa foi ou renoncer à la raison. La vérité prétend à l'unicité, l'opinion suppose la pluralité. C'est pour cela qu'il peut y avoir un débat public.
Oui, il est essentiel de réhabiliter l'opinion personnelle (et pas une vague opinion publique agrégée par sondage) ! Pour cela il faut que la doxa soit cultivée comme le disait Castoriadis, c'est une affaire d'éducation des citoyens . Or la meilleure éducation en politique c'est la participation active, ce qui implique une transformation des institutions pour qu'elles incitent les citoyens à être parties prenantes.

Hervé Chaygneaud-Dupuy

Pas de commentaire »

Leave a comment

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté - Lyon 7e - Date d´édition: 2019-10-16 17:51:09 - © Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté (http://www.ateliersdelacitoyennete.net/)
- Page Contact - info@ateliersdelacitoyennete.net - 2006-2009
- 0,54 secondes - W3C nxn-6m | 4.9.12 |