LE BLOG

... et si nous débattions en “citoyens entreprenants” ?

Un texte trouvé contenant :

Pour un volontarisme… modeste !

Monsieur le Président,

Vous avez su comprendre notre aspiration à rompre avec l'impuissance politique. Nous ne supportions plus le fatalisme dominant au sommet de l'Etat. Oui, en démocratie, le politique doit avoir le dernier mot. Vous avez commencé votre mandat en fanfare en réussissant à remettre l'Europe en marche. Seuls les esprits chagrins contestent la portée du traité négocié ou la part que vous avez prise à sa conclusion. Mais vous vous doutez bien que je n'écris pas cette lettre uniquement pour saluer le retour du volontarisme en politique. Il me paraît important de définir de quel volontarisme nous avons aujourd'hui besoin. Si nous ne le faisons pas, nous risquons une désillusion telle que le politique serait discrédité pour longtemps. Réfléchir au volontarisme est d'autant plus nécessaire que votre succès initial sur l'Europe pourrait vous laisser croire que tout peut suivre le même chemin. Ce n'est pas le cas. J'ai en effet l'outrecuidance de penser qu'avec l'Europe, vous avez fait le plus simple ! Il est très certainement plus difficile de modifier en profondeur le rapport à l'Etat de 60 millions de Français que de mettre d'accord 27 chefs d'Etat et de gouvernement. Car au fond ce que vous entreprenez est bien de cette nature : désaccoutumer vos compatriotes à leur addiction à l'Etat pour qu'ils apprennent à construire eux-mêmes des solutions aux problèmes qu'ils ont en commun. Déshérence des cités, réduction de l'effet de serre, crise du logement, crise de l'éducation, bien des blocages actuels ne trouveront de solutions durables que par des modifications majeures de nos comportements. Face à ces défis, multiplier les lois ou redéployer des budgets ne suffira pas, absolument pas. Disant cela, je ne vous invite pas à la résignation, je vous appelle au contraire à inventer un volontarisme… modeste ! Contradictoire ? Non, si l'on pense que la politique n'est pas la gestion des comptes de la Nation mais la capacité à faire partager une vision d'un monde à construire. Une « nouvelle frontière » comme disent les Américains qui vous sont chers. Il va de soi que vouloir tout faire tout seul à ce niveau d'ambition est intenable. Il faut bien avoir la modestie de ne pas être celui qui fait mais celui qui impulse, qui facilite, qui autorise l'initiative en la libérant. Une société qui bouillonne de mille transformations, invisibles des palais nationaux, ne se dirige pas comme une équipe gouvernementale que l'on a choisie. Oui il faut de la modestie pour voir ce qui est DEJA à l'œuvre mais qui peine à s'étendre faute de soutien à l'essaimage. Il faut de la modestie pour ne pas vouloir tout contrôler, pour redonner au pays la souplesse qu'il a perdu. Oui il faut de la modestie pour comprendre les processus vertueux qui ne peuvent naître que si on fait confiance à l'initiative. Mais il faut aussi beaucoup de volontarisme d'un genre nouveau, plus celui d'un jardinier qui « laisse faire la nature » en prodiguant mille soins invisibles que celle de l'ingénieur qui prétend tout programmer, tout verrouiller pour que tout soit conforme au plan initial. Le volontarisme dont nous avons besoin, c'est celui qui sait rendre désirable le changement alors qu'on préfère toujours le déjà connu, c'est celui qui instaure un climat de confiance et une envie d'agir là où il n'y avait que de la désespérance. Un volontarisme modeste seul peut conduire les Français à reprendre massivement l'initiative pour s'investir dans l'éducation (qui ne peut pas être laissée à la seule institution scolaire), dans le tissage de liens sociaux (qui ne peut pas être laissé aux seuls travailleurs sociaux)… Non, le politique ne doit plus s'imaginer avoir les solutions, qu'il s'efforce simplement mais fortement de faire que les questions soient posées et partagées. La société civile est en mesure d'inventer des réponses. Aux politiques les questions, à la société les réponses, c'est à ce renversement de perspective que doit s'atteler d'urgence un président volontaire et modeste. Hervé Chaygneaud-Dupuy

Pas de commentaire »

Leave a comment

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté - Lyon 7e - Date d´édition: 2019-07-22 00:20:30 - © Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté (http://www.ateliersdelacitoyennete.net/)
- Page Contact - info@ateliersdelacitoyennete.net - 2006-2009
- 0,46 secondes - W3C nxn-6m | 4.9.10 |