…et si nous devenions des “citoyens entreprenants” ?

Un texte trouvé contenant :

Lettre d’info n° 41 – 16 octobre 2006

Filed under: Lettres d'info — Auteur : — 6 Oct 2006 —

Voici les conclusions de quelques semaines de mobilisation intense pour assurer la pérennité des Ateliers. J'en ressors avec le sentiment que nous avons franchi une nouvelle étape. Les membres du CA mais aussi plusieurs adhérents récents ont clairement affirmé la part qu'ils entendaient prendre dans le développement des Ateliers. Nous avons également réaffirmé avec force notre particularité qui est de travailler sur deux dimensions :

  • l'apprentissage tout au long de la vie, le discernement, la formation mutuelle…
  • l'émergence et la valorisation d'initiatives citoyennes ancrées dans les territoires

… à l'heure où nous mettons l'accent légitimement sur la dimension « pépinière d'initiatives » que nous avions jusque là insuffisamment concrétisée, il n'est pas inutile de lire ci-dessous le texte de Guy Emerard sur les mérites de l'apprentissage, tant nous devons apprendre à marcher sur deux jambes. C'est aussi par la multiplication des témoignages de ce type, montrant l'impact des Ateliers sur nos choix, que nous légitimerons l'utilité sociale des Ateliers.

Notez dès à présent la date de l'assemblée générale que nous avons prévu pour partager largement les résultats des chantiers que nous lançons et désigner le nouveau CA qui aura la charge de mettre en œuvre les orientations qui ont été dessinées.

Samedi 9 décembre, de 10h à 12h30 (possibilité pour les non-lyonnais de profiter du déplacement pour participer à la Fête des Lumières).

Les ateliers redémarrent : inscrivez-vous ! Nous redémarrons d'abord les ateliers lyonnais… mais sans oublier les Parisiens et les Grenoblois avec qui nous préparons la reprise de leurs travaux ! encore un peu de patience…Les réunions ci-après sont OUVERTES à tous ceux qui le souhaitent : une seule condition pour les nouveaux venus, prendre contact avec nous en préalable pour vous inscrire.

Atelier «incivilités, violence et citoyenneté », le 8 novembre de 18h à 20h. Les incivilités dans l'espace public, violence du quotidien, mettent en cause le bon fonctionnement de la vie collective. Mais assurer la tranquillité publique ne serait-elle que l'affaire des forces de l'ordre ou de professionnels de la médiation ? Qu'en est-il de la responsabilité individuelle et collective des citoyens ? Quel est notre rôle ? Pourquoi avons-nous déserté ce pouvoir de régulation sociale dans nos immeubles, dans les transports en commun, dans la rue  …? Comment peut-on désamorcer en amont les conflits pour éviter qu'ils ne débouchent sur des actes de violence ? Pour éviter d'entrer dans un énième débat sur l'insécurité, il nous paraît important de partir de nos expériences et de voir par quels chemins nous pouvons retrouver du « pouvoir d'agir ». En commençant modestement et concrètement, par notre rôle de citoyen face aux incivilités.

Atelier « déplacements et citoyenneté», le 13 novembre de 18h à 20h. L’atelier « déplacements » a été créé mi 2005 avec l'ambition de réfléchir à une pratique plus citoyenne des déplacements, c’est à dire plus respectueuse des autres et de l’environnement. Après une phase exploratoire de 6 mois, il s’est investi plus particulièrement pendant 8 mois dans la conception d’un « comic strip » destiné à populariser des idées utiles pour faciliter les évolutions des comportements. Aujourd’hui, au-delà de l'outil BD, il serait bon de rebalayer l'ensemble des idées que nous avons eues, de les confronter aux apports de nouveaux participants et d’en faire un catalogue de propositions concrètes destiné à tous ceux qui peuvent relayer une approche citoyenne des déplacements.

Atelier « métiers et citoyenneté», le 20 novembre de 18h à 20h. L'atelier « métiers » a connu beaucoup de métamorphoses depuis son origine. Il est arrivé à la fin d'un cycle et doit redéfinir un projet pour 2006/2007. Après avoir envisagé de faire deux ateliers, l'un sur les « parcours de vie » et un autre sur les « habiletés sociales », il a été décidé d'en faire un commun tant ces questions se rejoignent. Cet atelier pourra utilement croiser ses travaux avec les 2 démarches qui s'engagent en parallèle :

  • le projet de plate-forme des utilisateurs du jeu « réinventer son métier » – jeu inventé par Dominique Fauconnier qui a le mérite de faire de la réflexion sur son orientation une question sociétale dont tout un chacun peut s'emparer – ;
  • la mise en place d'un projet européen sur les compétences informelles en matière de citoyenneté.

Atelier « politique et citoyenneté », le 29 novembre de 18h à 20h. Ce nouvel atelier fera suite aux différentes rencontres organisées depuis le 22 avril dernier sur le rapport des citoyens et des politiques. Il aura moins pour objet de nous préparer aux prochaines échéances électorales que de continuer à explorer de nouvelles façons de concevoir l'action publique en intégrant les capacités d'implication des citoyens et de la société. Pour rendre concrète cette exploration, il pourra être utile de partir de quelques grandes politiques publiques et de voir ce qui pourrait changer si les citoyens étaient associés non seulement à la décision mais aussi à la recherche et à la mise en œuvre de solutions. Nous essaierons de voir également comment partager nos travaux avec les élus et responsables de services publics pour voir comment ils peuvent être pris en compte.

Réflexions post-AG 

Sortir du flou pour une plus grande implication

En tant que participante à l'atelier « métier », voici la vision que j'ai du fonctionnement des AdC : la réflexion et l'échange sont le cœur de l'atelier. Des personnes, ayant un sujet d'intérêt commun, se rassemblent pour s'écouter, mûrir ensemble une réflexion collective et personnelle et, au fil des mois, tissent des liens, une connivence se crée. Intelligence collective et Humanité, qui galvanisent et font naître l'émerveillement que l'on connaît.

Mais sur quoi repose ce « flou », ce « doux », comme l'appellent certains ? Quelles en sont les fondations tangibles ? Quel en est le prix, au sens propre comme au figuré ? N'est-ce pas une chose qui nous faille mesurer si nous voulons apprécier à sa juste valeur l'aventure qui nous est donnée de partager ?

Les échanges de samedi m'ont permis de réaliser la chose suivante : ce tout informel, ce tout gratuit, ce tout immatériel me paraît créer, sur le long terme, une situation déséquilibrée et donc, dans une certaine mesure, frustrante.

En tant que membre des AdC, tout d'abord : je profite de ce bouillonnement d'Intelligence et d'Humanité, je m'en nourris ; mais je me sens en même temps comme déresponsabilisée, de ne pas à pouvoir en supporter l'inévitable contrepartie matérielle et ingrate. Du coup, je suis et me sens de fait moins impliquée, moins actrice de l'aventure. Je ressens également une certaine frustration car je n'ai pas le sentiment d'être en mesure de rendre ce qui m'est offert.

En tant que citoyenne au sein des AdC, que nous pouvons considérer comme une microsociété : depuis deux ans que je gravite dans cet univers, j'ignore beaucoup de la gestion de l'association. (…)

En synthèse, je ressens aujourd'hui le besoin d'explorer la dimension concrète, pragmatique de la vie des AdC, pour mieux la comprendre, mieux y participer. Je crois d'ailleurs qu'une meilleure communication au sein des AdC sur ces aspects (fonctionnement de l'association, sa gestion, ses difficultés, projet défendu par le CA, actualité des événements auxquels participent les AdC…) permettrait certainement une plus grande implication des membres, informés donc responsables, et mettraient à jour des possibilités de participation des adhérents, aujourd'hui inexplorées car insoupçonnées.

Christel Decatoire

Crise de la démocratie ou crise de la citoyenneté ?

Là où elle fonctionne depuis longtemps, la démocratie s'essouffle, là où elle est jeune, dans les pays de l'Est, par exemple (Hongrie, Pologne, Ukraine), très vite elle se corrompt et là où on cherche à l'imposer (Irak, Côte d'Ivoire…), c'est la catastrophe. On peut donc se demander si c'est un modèle aussi bon qu'on le prétend.

Seulement voilà, on a pas trouvé mieux. La question n'est donc pas de la mettre en cause mais de l'améliorer. Et comme il semble bien difficile et aléatoire de s'en prendre à son sommet (la constitution, les parlements…) il est plus sage de s'intéresser à son corollaire : la citoyenneté. En faisant l'hypothèse que si la démocratie va mal c'est parce que le citoyen n'exerce pas assez son pouvoir ; voter ne suffit pas. En se disant également que si le modèle démocratique occidental ne s'exporte pas, c'est par oubli de ce préalable. Bref, iI ne faut pas s'en prendre à la démocratie mais à la citoyenneté.

C'est ce que, nous et d'autres, essayons de faire : des citoyens actifs, debout, entreprenants… C'est ce que suggère le terme « empowerment » c'est-à-dire : renforcement du pouvoir de la société civile. Un contre-pouvoir par rapport à celui des élus.

D'où le paradoxe, en ce qui nous concerne, de chercher nos moyens d'existence auprès de ceux dont on va contester le pouvoir. N'est-ce pas cependant ainsi et en toute clarté qu'il faut néanmoins l'argumenter. Avec pour postulat que tout pouvoir a besoin d'un contre pouvoir afin de s'auto-limiter : le roi a besoin du prophète ou du fou, l'élu a besoin du citoyen.

Tel est le principe fondateur, valable pour toute collectivité, y compris l'entreprise.

A partir de là, les AdC ont la particularité de travailler sur deux dimensions :

  • L'apprentissage tout au long de la vie, le discernement, l'auto-formation…
  • L'émergence et la valorisation des initiatives locales, de base.

D'où deux grands types d'outils : des « Ateliers d'apprentissage » et des « Pépinières d'initiatives». D'où naturellement la sollicitation des Régions pour les premiers (au motif de leur compétence en matière de formation) et des autres collectivités locales (Communes et Départements) pour les secondes ( chargées de la paix civile et du développement local).

Pour les entreprises, ce serait à leurs salariés de « se bouger ». A partir de leur participation à un Atelier ou de leur investissement dans une initiative locale. Et à nous (AdC) d'apporter des cadres :

  • Identification, reconnaissance et validation des compétences civiques, des habiletés sociales,
  • Mise en réseau et « labelisation » d'experts pour les initiatives.

Tel serait pour moi, le programme-cadre des AdC au cours du prochain exercice.

Guy Emerard

Les mesures prises par le CA du 10 octobre

Le principe de mettre en place une mission de développeur, confiée à Jean-François Lambert est acté. Jean-françois Lambert rejoint ainsi le comité de gestion, qui comprenait jusque là deux membres du CA : Guy Emerard et Colette Desbois. L'articulation avec le trésorier (Jean-Pierre Reinmann) est précisée.

Le principe d'un collège d'animation pour faciliter la mutualisation des travaux est retenu ; il sera préfiguré jusqu'en décembre par un groupe de travail sur la valorisation des productions des AdC.

Philippe de Logivière qui avait assumé la fonction de président des Ateliers au moment où l'association n'était qu'une association de gestion, souhaite se retirer de la présidence tout en restant au CA. Il lui paraît comme à tous les membres du CA que la nouvelle étape du développement des Ateliers doit se traduire par une présidence active, ce qu'il n'est pas en mesure d'assumer à la fois en raison de son éloignement géographique et des engagements qu'il a par ailleurs. La recherche d'un nouveau président est donc à conduire d'ici la prochaine AG , un « portrait-robot » sera élaboré par échanges entre membres du CA

Trois groupes de travail sont mis en place :

  • Groupe « site », pour finaliser notre site internet et en faire un véritable outil de travail collaboratif tout en renforçant sa lisibilité pour ceux qui découvrent les Ateliers
  • Groupe « entreprises », pour entreprendre la diversification de nos financements en mettant au point des « services » valorisant les savoir-faire des Ateliers
  • Groupe « valorisation » : pour rendre plus visibles les apports des Ateliers, qu'ils soient individuels (sous forme de témoignages) ou collectifs (sous forme de carnets de proposition).

Questions sur… l'utilité 

Nos « Ateliers » sont parfois déroutants. Certains débouchent sur des actions précises mais d'autres pas. Ceux-là paraissent efficaces et ceux-ci peuvent donner l'impression de l'inutilité. L'Atelier sur la laïcité fait typiquement partie des seconds. Et pourtant. Nous y avons beaucoup débattu des caricatures de Mahomet. Et, personnellement, j'étais au départ prêt à penser que les auteurs de ces dessins avaient tort, que leur provocation était condamnable. Et puis, les arguments inverses m'ont convaincu. Le croyant doit accepter que sa foi soit combattue, voire ridiculisée par d'autres… C'est comme ça. Les chrétiens qui n'aiment pas qu'on se moque du Christ devrait d'ailleurs se souvenir qu'il leur a dit : « heureux êtes-vous si l'on vous persécute à cause de moi… ». Or récemment, le pape s'en est pris à l'Islam et la plupart des voix se sont élevées pour lui donner tort. Mais pourquoi n'aurait-il pas, lui aussi, le droit de critiquer les autres croyances ? Pourquoi le réserver aux anti-cléricaux ? Non, en raison de ce que l'Atelier m'a appris, je ne peux pas lui donner tort. L'erreur dans ce cas ce sont ces détracteurs qui la commettent. Ils ne doivent pas répondre par l'interdit mais par la dialectique. Ils pourraient rappeler, par exemple, que l'église catholique a été elle aussi obscurantiste, intolérante, anti-laïque… comme l'Islam aujourd'hui. Alors que lui, dans le passé, s'est montré ouvert à la science et aux apports de la pensée grecque, tolérant…

Et donc, si certains Ateliers débouchent sur l'action, ce qui est très bien, d'autres peuvent surtout rendre plus clairvoyant. Et c'est pas mal non plus.

Guy Emerard

Pas de commentaire »

Leave a comment

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté - Lyon 7e - Date d´édition: 2019-03-23 20:45:48 - © Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté (http://www.ateliersdelacitoyennete.net/)
- Page Contact - info@ateliersdelacitoyennete.net - 2006-2009
- 0,46 secondes - W3C nxn-6m | 4.9.10 |