LE BLOG

... et si nous débattions en “citoyens entreprenants” ?

Un texte trouvé contenant :

L’anthropocène

Filed under: Energie,Le blog — Auteur : — 7 Jan 2009 —

Nous serions entrés dans l'anthropocène (étymologiquement : période de l'homme récent !?). Une nouvelle ère qui viendrait s'ajouter aux quatre autres qui ponctuent les trois et quelques milliards d'année de l'histoire géologique de notre Terre. De très inégales durées d'ailleurs. Voyez plutôt : moins de deux millions d'années pour le quaternaire, une soixantaine pour le tertiaire, trois fois plus pour le secondaire et tout le reste, environ trois milliards, pour le primaire. Et pourquoi ce bizarre découpage ? Parce que les surfaces affleurantes de ces quatre périodes sont, elles, à peu près égales. C'est dire si le quaternaire est mince et le primaire, épais.

Quant à l'anthropocène, il ne lui faudra pas beaucoup de temps pour couvrir une surface comparable. Et c'est cela que les inventeurs de ce concept veulent signifier. Frapper les esprits en montrant que, désormais, l'espèce humaine pèse plus sur la transformation de la Terre que tous les autres agents d'érosion.

C'est grave mais que faire :
• Pour certains la seule solution est de vivre autrement, en basse énergie… Mais ceux qui le disent sont aussi ceux qui -globalement- voyagent le plus, se chauffent l'hiver et se climatisent en été, lavent abondamment leurs corps et leurs vêtements, mangent le plus de viande….
• D'autres, conscients de ces contradictions, pensent, sans oser le dire, que le vrai problème vient de notre nombre : 6 milliards d'êtres humains aujourd'hui, 10 demain… c'est beaucoup trop. L'optimum serait entre 500 millions et 1 milliard, pas davantage. Admettons mais c'est pour quand ? Dans 200, 300 ans …? Et surtout sur quels critères se fera le tri ? Ne s'agirait-il pas d'un retour de l'eugénisme ?
• Il y a aussi des optimistes. Nous autres humains forçons la Terre à sur-produire, eh bien aidons-la à sur-recycler nos déchets (le CO2, les eaux usées notamment). Préparons-nous à vivre dangereusement : à « pomper la mer », cultiver des OGM à haut rendement photo-synthétique, domestiquer l'énergie nucléaire, exploiter l'univers…

Ramené à l'échelle individuelle cela voudrait dire à la fois :
• Augmenter télé-travail, la marche à pied, le vélo et le train mais moins rouler en voiture et surtout éviter l'avion. Et, par exemple, pourquoi être obsédé par le gain de quelques minutes sur un trajet de deux ou trois heures pour, au contraire, voyager moins vite mais plus agréablement et travailler en même temps ?
• Attention à la sur-natalité et au besoin effréné de prolonger la vie. Le Dalaï Lama n'a-t-il pas raison de s'étonner de « ces hommes qui perdent la santé, pour accumuler de l'argent puis perdent de l'argent pour retrouver de la santé… Qui vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu ! »
• Sans considérer tout progrès comme un bien, soyons néanmoins plus confiants en l'avenir. Les OGM sont peut-être inutiles pour nous mais pour sortir l'Afrique et l'Asie de la sous-alimentation, c'est sûrement moins évident ?

Autrement dit, ces approches sont plus complémentaires qu'opposées. Et c'est peut-être ainsi qu'il faut comprendre l'idée d'anthropocène pour en tirer d'utiles enseignements ?

Guy Emerard

Un commentaire

    La planète se moque bien de savoir dans quel état g’ère puisqu’elle survivra à l’humanité. C’est la survie des espèces vivantes qui est menacée…

    Comment by David Space — 1 avril 2010 @ 10:53

RSS feed for comments on this post. |

© Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté - Lyon 7e - Date d´édition: 2020-07-16 04:32:33 - © Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté (http://www.ateliersdelacitoyennete.net/)
- Page Contact - info@ateliersdelacitoyennete.net - 2006-2009
- 0,19 secondes - W3C nxn-6m | 4.9.15 |