LE BLOG

... et si nous débattions en “citoyens entreprenants” ?

Un texte trouvé contenant :

Financière ou économique ? Non ! La crise actuelle est d'abord politique !

Filed under: face à la crise,Le blog — Auteur : — 8 Fév 2009 —

Les fonds de pension et donc les « vieux » (des pays riches) à cause de leurs exorbitants besoins, sont à la base de la crise financière et des déficits publics. A cet égard, la France fait partie des pays très endettés comme la Grande-Bretagne et les USA. Mais avec au moins une grande différence. Là-bas, l'essentiel des retraites se fait par capitalisation, sans garantie de la collectivité. Ici, par répartition, la communauté nationale, se substitue aux individus pour prendre collectivement en charge cette capitalisation au nom de la solidarité entre les générations. Beau principe mais dont le corollaire devrait être que l'Etat en provisionne le montant dans son budget. Si c'était le cas, le déficit de la France apparaitrait pour ce qu'il est : abyssal .
Les allemands et les scandinaves bénéficient eux aussi de retraites par répartition. Leurs comptabilités publiques ne les prennent pas, non plus, en compte mais leurs déficits n'ont rien à voir avec le nôtre. Je crois même savoir que la Norvège a un budget en excédent ; elle place sa manne pétrolière pour ses générations futures. Chez nous, ce sont elles qui vont « trinquer ». Autrement dit la France a un déficit budgétaire compatible avec une économie libérale mais excessif compte tenu de ses engagements sociaux. Cette contradiction est intenable à long terme. Il lui faudra choisir entre devenir libérale, comme la G-B et les USA, avec un déficit public alors acceptable mais incompatible avec la garantie des retraites aux générations futures ou bien conserver ce haut niveau de protection sociale, comme l'Allemagne et les pays scandinaves, et réduire alors son déficit public.
Cette alternative devrait être clairement posée. Mais qui l'exigera ? Dans une société fondée sur l'individu, il appartiendrait logiquement aux plus concernés de faire entendre leur voix. Mais outre qu'ils ignorent tout de cette situation, on voit mal comment des adolescents ou, a fortiori, des petits enfants, pourraient le faire. La solution, au moins théorique, consisterait donc à affirmer, comme conséquence du principe de la solidarité intergénérationnelle, que tout individu vivant, quel que soit son âge, a droit au chapitre, c'est-à-dire, de voter.
Poser le principe d'un droit de vote acquis dès la naissance amène d'intéressantes questions.  Pour les tous petits, par exemple, il serait naturel que ce droit soit exercé par un des parents qui, dans certains cas, en sont eux-mêmes privés ! Paradoxe mais peut-être aussi, approche intéressante sur la question récurrente du droit de vote des immigrés. Et pour les adolescents, afin de mieux les entendre, ne pourrait-on pas avancer l'âge du droit de vote ? Le lier à la validation d'un portefeuille de compétences citoyennes ? Un bon moyen pour « booster » une éducation civique qui en aurait bien besoin ?
En résumé pour que la démocratie exprime les besoins de la démographie, il serait logique que, dès  sa naissance tout français ait un droit de vote (même si ses parents ne l'ont pas). Avant la majorité légale ce droit serait exprimé par sa mère (ou par une tierce personne par elle désignée) et il pourrait être exercé plus précocement sur présentation validée d'un portefeuille de compétences citoyennes.  Voilà bien un voeu qui a toute chance de rester pieux ! Mais il fait réfléchir.
En attendant, laissant filer ses déficits publics, la France ne tient pas compte des intérêts légitimes de ses enfants. Son principe de solidarité intergénérationnelle risque de n'être qu'un leurre et sa politique nataliste, un piège. Le vieillissement de la population et le financement des retraites sont à la source de la crise financière actuelle. Donner du poids électoral aux enfants serait la meilleure façon de rééquilibrer celui des vieux, aujourd'hui, excessif. La cause de nos problèmes économiques (et écologiques) est politique, leur solution aussi.

Guy Emerard

 

© Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté - Lyon 7e - Date d´édition: 2020-07-16 06:26:05 - © Droits de reproduction réservés - Les ateliers de la citoyenneté (http://www.ateliersdelacitoyennete.net/)
- Page Contact - info@ateliersdelacitoyennete.net - 2006-2009
- 0,16 secondes - W3C nxn-6m | 4.9.15 |